Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux suivants : YouTubescale-to-32x32icons fb tw gp

Les figures d’analogie:
Personnification et transformations
physiques

q Certaines analogies comportent une part de transformation physique
dans la transition de comparé à comparant.

Personnification et transformations
physiques

Bien que ces analogies portent des noms spécifiques, ce sont, aussi, soit des
comparaisons, soit des métaphores, selon la présence, ou l’absence, de l’outil de
comparaison.

Personnification et transformations
physiques

q On notera quatre catégories possibles d’état physique :
O Être humain
O Animal
O Chose concrète
O Chose abstraite

Personnification et transformations
physiques

q Pour faire partie de ces catégories de figures de styles, il faut qu’il y ait
transformation, c’est-à-dire que le comparant et que le comparé n’appartiennent
pas à la même catégorie.

Personnification et transformations
physiques

q Pour faire partie de ces catégories de figures de styles, il faut que le comparant et
que le comparé n’appartiennent pas à la même catégorie.

q Il y a donc transformation physique du comparé à travers la comparaison ou la
métaphore.

Personnification et transformations
physiques

q Pour faire partie de ces catégories de figures de styles, il faut que le comparant et
que le comparé n’appartiennent pas à la même catégorie.

q Il y a donc transformation physique du comparé à travers la comparaison ou la
métaphore.
q Cette transformation peut être partielle.

Personnification

La personnification est l’attribution, au comparé, de caractéristiques humaines.

Personnification

La personnification est l’attribution, au comparé, de caractéristiques humaines.

Exemple :
La montagne se dressait devant nous.

La posture « debout » est une caractéristique humaine. « Se dresser » indique donc une personnification de la montagne.

Personnification

La personnification est l’attribution, au comparé, de caractéristiques humaines.

Exemple :
La montagne se dressait devant nous.

La posture « debout » est une caractéristique humaine. « Se dresser » indique donc une personnification de la montagne.

On peut expliciter cette métaphore par la comparaison suivante :
« La montagne se dressait devant nous comme se dresserait un homme. ».

Animalisation

L’animalisation est l’attribution, au comparé, de caractéristiques animales.

Exemple :
Pierre guetta sa proie et bondit à l’instant fatidique : le ballon n’entra pas dans les buts.

« Guetter une proie » et « bondir » font référence au comportement d’un prédateur carnivore et indique par conséquent une
animalisation de Pierre.

Réification

La réification (ou chosification) est la transformation du comparé en une chose
concrète qui n’est ni humaine, ni animale.

Exemple :
Jeanne était morte, sa pompe avait lâché.

« Sa pompe » représente le cœur humain. Cette analogie transforme Jeanne en une machine, il s’agit d’une réification.

Abstraction

L’abstraction est la transformation du comparé en une chose abstraite.

Exemple :
Cette beauté attira le regard de Maxime.

Un personnage sous-entendu, une belle femme, est transformé en une chose abstraite : la beauté.

Enchâssement des transformations

On assiste parfois à des transformations qui peuvent être enchâssées l’une dans l’autre.
C’est particulièrement le cas dans les allégories.

Enchâssement des transformations

On assiste parfois à des transformations qui peuvent être enchâssées l’une dans l’autre.
C’est particulièrement le cas dans les allégories.
Exemple :
La Fourmi n’est pas prêteuse : C’est là son moindre défaut.
« La cigale et la fourmi » – Jean de la Fontaine

Enchâssement des transformations

On assiste parfois à des transformations qui peuvent être enchâssées l’une dans l’autre.
C’est particulièrement le cas dans les allégories.
Exemple :
La Fourmi n’est pas prêteuse : C’est là son moindre défaut.
La cigale et la fourmi – Jean de la Fontaine
Si l’on attribue à la fourmi un comportement humain (personnification d’un animal),
c’est aussi une façon de présenter un comportement humain – ne pas être prêteur –
sous les traits d’un animal (animalisation d’une chose abstraite).

Anthropomorphisme et zoomorphisme

L’anthropomorphisme ou le zoomorphisme est une personnification ou une
animalisation ayant débouché sur une transformation poussée – parfois complète – du
comparé. Au-delà de l’analogie, le comparé agit aussi comme un être humain ou un
animal.

Anthropomorphisme et zoomorphisme

L’anthropomorphisme ou le zoomorphisme est une personnification ou une
animalisation ayant débouché sur une transformation poussée – parfois complète – du
comparé. Au-delà de l’analogie, le comparé agit aussi comme un être humain ou un
animal.
Exemple :
La Fourmi n’est pas prêteuse : C’est là son moindre défaut.
La cigale et la fourmi – Jean de la Fontaine
L’exemple précédent de personnification et d’animalisation enchâssées peut aussi
servir d’exemple d’anthropomorphisme et de zoomorphisme, dont l’usage est fréquent
dans les allégories ou dans les livres pour enfants.

Paysage-état d’âme

Le paysage-état d’âme est une personnification qui reflète les états d’âme du
locuteur.
Cette figure peut même se rapprocher de l’anthropomorphisme quand ces sentiments
sont attribués à la nature.

Paysage-état d’âme

Le paysage-état d’âme est une personnification qui reflète les états d’âme du
locuteur.
Cette figure peut même se rapprocher de l’anthropomorphisme quand ces sentiments
sont attribués à la nature.
Exemples :
Il pleure dans mon cœur comme il pleut sur la ville. – Verlaine
Ici le paysage-état d’âme s’effectue sous la forme d’une comparaison.

Quand le midi de ses feux bienfaisants ranime par degrés mes membres languissants – Lamartine
Tandis qu’il s’effectue dans cet exemple sous la forme d’une métaphore.

Synesthésie

On notera un dernier type de transformation : la synesthésie (ou métaphore
synesthésique) qui change la perception issue d’un des cinq sens en un autre sens.

Synesthésie

On notera un dernier type de transformation : la synesthésie (ou métaphore
synesthésique) qui change la perception issue d’un des cinq sens en un autre sens.

Exemple :
Parfum pourpre du soleil des pôles
Les illuminations – Arthur Rimbaud

Synesthésie

On notera un dernier type de transformation : la synesthésie (ou métaphore
synesthésique) qui change la perception issue d’un des cinq sens en un autre sens.

Exemple :
Parfum pourpre du soleil des pôles
Les illuminations – Arthur Rimbaud
Ce type de figure de style est surtout utile pour l’étude des poètes de la fin du XIXe siècle. (Baudelaire, Rimbaud…)

Le suffixe -isation

Pour évoquer des transformations dérivées de ces grandes catégories, on retrouve
parfois des termes spécifiques. Ceux-ci sont des mots issus du champ lexical de la
transformation et sont créés à l’aide du suffixe -isation.
Exemples :
Divinisation (ou déification), (super-)Héroïsation, épicisation…

Résumé : Transformations
physique

Comparant Nom (d’une catégorie différente de celle du comparé) dont Anthropomorphisme (Attribution d’un comportement humain actif)

Être humain Personnification (Attribution de caractéristiques humaines) dont Paysage-état d’âme (Attribution à la nature des sentiments du locuteur) Animal Animalisation dont Zoomorphisme (Attribution de caractéristiques animales) (Attribution d’un comportement animal actif) Chose concrète Réification (ou chosification) Chose abstraite Abstraction Perception issue d’un des cinq sens en un autre Synesthésie ou métaphore synesthésique + suffixe -isation pour des transformations spécifiques : divinisation, (super-)héroïsation, épicisation…