Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux suivants : YouTubescale-to-32x32icons fb tw gp

Les figures d’intensité :
Litote, euphémisme et figures
d’atténuation

Les figures d’atténuation usent de termes atténuant, abaissant les

mots utilisés au sein du propos (mais pas forcément le sens du propos)

La litote

La litote est une atténuation, feinte, visant en réalité à amplifier le sens du propos.
Elle se définit souvent par « dire moins pour faire entendre plus ».

Exemples :
Ce n’est pas la personne la plus généreuse que j’ai rencontrée.
Il n’est pas finaud.

La litote se rapproche donc de l’hyperbole : les deux figures visent à amplifier le propos.
L’hyperbole en exagérant le propos, la litote en faisant semblant de l’amoindrir.

L’euphémisme

L’euphémisme est une atténuation, non feinte, visant à adoucir le propos. Il est
parfois qualifié « de bienséance », quand la réalité ainsi adoucie est désagréable,
politiquement incorrecte… L’euphémisme est souvent utilisé dans la presse ou la
politique pour minimiser l’impact négatif d’un événement.

Exemple :
Elle s’est éteinte hier. (pour « Elle est morte hier »)

Litote euphémique

L’existence d’une association possible entre litote et euphémisme pose question.
On retrouve ainsi le terme de litote euphémique. L’objectif de la litote est d’amplifier le
propos tandis que l’euphémisme sert à l’adoucir ; les deux concepts sont donc
normalement inconciliables…
Hormis pour créer une nuance dans l’adoucissement ou pour renforcer un effet d’ironie (selon le contexte de la
phrase).
Exemple :
La frappe chirurgicale a provoqué quelques dommages collatéraux.
(pour « Le bombardement a fait plusieurs morts parmi les civils situés à proximité.»)
« Quelques » peut s’assimiler à une litote tandis que « frappe chirurgicale » et « dommages collatéraux » sont des
euphémismes.

Litote et euphémisme

Alors que l’euphémisme use généralement de figures de style ayant un aspect
analogique ou lexical (circonlocution, métonymie,…), la litote utilisera plus facilement
la négation – celle du contraire de l’idée réellement exprimée – ainsi que les adverbes.

Mais ce ne sont pas des règles absolues…

L’accisme

L’accisme est un terme désuet représentant une catégorie spécifique de litote : le
refus simulé.
On désire une chose, mais on ne peut pas, ou veut pas, l’accepter directement.

Exemple :
Je ne saurais accepter. (pour « J’accepte. »)

La méiosis

La méiosis est un terme rarement utilisé, définissant un euphémisme réalisé à son
plus haut niveau : la chose exprimée est très grave, la façon de l’exprimer est très
légère.
Exemple :
Ce léger désagrément. (pour une guerre, une catastrophe naturelle,…)
Ce petit rhume (pour la grippe espagnole)

Résumé : Litote et euphémisme

Alors que l’euphémisme est une atténuation qui cherche réellement à amoindrir

la portée du propos, la litote est une atténuation feinte visant, au contraire, à
amplifier le sens de celui-ci.