Quand utiliser l’indicatif ?

Aujourd’hui, nous allons découvrir les différents contextes d’utilisation des temps de l’indicatif ou plus précisément les valeurs des temps de l’indicatif (pour emprunter le vocabulaire des grammairiens). L’indicatif est le mode de la réalité. Il exprime des actions qui se sont passées ou qui vont se passer. Le locuteur n’a (quasiment) pas de doute à ce sujet.

Mode indicatif, quel temps choisir ?

Les temps de l’indicatif sont :

Présent                             Passé composé

Imparfait                          passé antérieur

passé simple                    futur antérieur

futur simple                   plus-que-parfait

Le présent

Quand je peux rajouter « aujourd’hui » dans la phrase, j’utilise le présent de l’indicatif.

Exemples :

Je fais du sport. (aujourd’hui)

Je prépare le repas. (aujourd’hui)

En effet, le présent exprime une action qui se passe au moment où l’on parle.

Exemple :

J’enregistre une vidéo actuellement.

Il  peut exprimer une vérité générale, quelque chose de vrai en permanence.

Exemple :

La Terre tourne autour du Soleil.

Il est utilisé dans le cas d’une habitude présente.

Je me lève à 7 heures tous les matins.

Le futur 

Si je peux dire « demain », dans ce cas, je peux mettre du futur.

Exemple :

Je partirai au travail (demain).

Le futur simple

En effet, ce temps de l’indicatif permet d’indiquer une action qui va se dérouler dans le futur.

Exemple :

L’année prochaine, je m’inscrirai à la faculté des sciences de la Sorbonne.

Dans le cas d’un récit conté au présent (pour rendre vivant l’histoire), le futur simple permet d’indiquer une action postérieure.

Exemple :

La réunion débute le jour même. Elle se terminera une semaine plus tard.

Le futur peut aussi marquer la politesse dans certaines circonstances.

Exemple :

Cela fera 30 € Monsieur.

Passé composé, passé simple, imparfait

Si l’action est au passé, je peux mettre « hier » ou « auparavant ». Dans ce cas, je dois choisir entre passé composé et passé
simple/imparfait. Je choisis le passé simple à l’écrit et le passé composé à l’oral. Je dois éventuellement choisir entre passé simple et imparfait. Dans ce cas, si l’action est brève, je choisis du passé simple. Si elle est longue, je choisis de l’imparfait.

Exemple :

Hier, nous sommes allés nous promener (passé composé, utilisé à l’oral, ou dans une lettre).

Dans un roman, nous trouverions: Hier, nous allâmes nous promener. Par contre, si on peut rajouter « pendant longtemps » à l’action, il faut mettre de l’imparfait: Nous allions nous promener tous les jours (pendant longtemps).

L’imparfait :

L’imparfait   de l’indicatif indique une action passée ou un état passé qui a duré.

Exemple :

Il dormait depuis plus de 10 ans quand il fut réveillé par la princesse.

Ce temps peut également exprimer une habitude passée qui s’est estompée.

Ce soldat se rasait toujours tous les matins.

L’imparfait peut également être utilisé pour décrire une personne ; on dit qu’on fait son portrait.

Exemple :

Il avait un nez aquilin et une tête carrée.

L’imparfait de l’indicatif 

La description d’une situation passée ou d’un arrière-plan se fait également avec l’imparfait de l’indicatif.

Exemple :

Il était distrait ce jour-là quand une nouvelle lui parvint.

Le passé simple est le temps principal dans un récit. Il se marie souvent avec l’imparfait et indique les actions principales.

Exemple :

Le chasseur se rendit dans le village voisin afin de participer au concours de tir à l’arc.

Ce temps permet également d’exprimer une action soudaine dans le passé.

Exemple :

Tout à coup, il tomba et se cassa la jambe.

Ce    temps de l’indicatif indique également une action présentant un début et une fin précise.

Exemple :

La Première Guerre mondiale dura du 28 juillet 1914 au 11 novembre 1918.

Ce temps de l’indicatif peut également être utilisé pour indiquer une action unique.

Exemple :

Il chanta pour faire plaisir à la Reine.

Dans un récit, la succession d’évènements réclame également l’utilisation du passé simple.

Exemple :

Les deux frères prirent le chemin de la forêt, marquèrent chaque rocher qu’ils trouvèrent et suivirent les traces de pas qu’ils virent pour ne pas se perdre.

Les temps composés

Si j’exprime une action qui se passe avant une autre action, j’utilise un temps composé comme :

Le passé composé ;
Le plus-que-parfait ;
Le passé antérieur ;
Le futur antérieur ;

Le plus-que-parfait

Ce temps s’utilise pour marquer une action durable accomplie qui a eu lieu dans le passé.

Exemple :

À force de m’entrainer, j’avais fini par gagner la coupe.

Le passé antérieur

Ce temps est souvent sollicité dans un récit surtout pour indiquer une action antérieure à une autre action racontée au passé simple.

Exemple :

Parce qu’il eût marché pendant des heures, il finit par arriver au village.

Le futur antérieur

Pour marquer une action qui est prévue de se terminer avant une autre, on utilise le futur antérieur.

Exemples :

Elle sera partie la semaine avant midi puis sa sœur la suivra.

Exemple :

Quand j’aurai fini, je partirai.
“Aurai fini”: futur antérieur
 “partirai”: futur.

L’action de finir est antérieure à l’action de partir (elle se situe avant l’autre action).

Résumé :

Présent : « maintenant »
Futur : « demain »
Temps du passé : « avant »
Passé composé : à l’oral, dans une lettre
Passé simple : dans un récit au passé
Imparfait : dans une lettre ou un récit au passé
Temps composés : action qui se passe avant une autre action conjuguée au temps simple correspondant

Articles similaires : 

Valeurs de l’indicatif 1 – quel temps choisir ?

Mode indicatif, quel temps choisir?

La concordance des temps