Valeurs du conditionnel passé

Le conditionnel seconde forme ou conditionnel passé exprime le regret/remord.
Différence entre regret et remord : dans les deux cas, on aimerait que la situation soit différente.
Le regret renvoie à une action que l’on n’a pas faite (et qu’on aurait aimé faire), le remord à une action faite (et qu’on aurait aimé ne pas faire).

Exemples :

Nous n’aurions pas dû abandonner notre village (remord)
Elle aurait pu construire une grande maison (regret)

Il sert à exprimer une supposition ou un fait à vérifier.

Exemple :

Tel candidat aurait fait 15 % selon les sondages récents.

Il s’utilise dans la proposition principale d’une phrase dont la subordonnée est introduite par « si ».
La proposition subordonnée comprenant « si » voit son verbe conjugué au présent, imparfait ou plus-que-parfait, tandis que la proposition principale a un verbe conjugué soit au conditionnel présent, soit au conditionnel passé.

Exemple :

Il aurait eu moins de difficulté s’il avait appris ses leçons. Conditionnel passé

Il arrive que le « si » soit sous-entendu, que la phrase exprime une condition, mais sans proposition subordonnée.

Exemple :

Je serais allé lui rendre visite, mais il avait oublié de m’indiquer son adresse.
Ici   « si j’avais pu » est sous-entendu

Le verbe au conditionnel passé « serais allé » exprime une action qui se serait réalisée sous conditions.
Valeurs :

Regret/remord (J’aurais voulu être un artiste)
Supposition/fait à vérifier (Selon des sources fiables, le pouvoir d’achat aurait stagné cette année)
Utilisation dans la proposition principale dans le cas d’une phrase avec « si » (J’aurais essayé, si on me l’avait demandé)

Articles similaires : 

Le conditionnel passé (ou conditionnel seconde forme) : conjugaison

Subjonctif passé : valeurs

Valeurs du plus-que-parfait du subjonctif