Les différents types d’interrogation : totale, partielle, indirecte

Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux suivants : YouTubescale-to-32x32icons fb tw gp

Une interrogation est dite totale quand il est possible de répondre à la question par oui, si ou non. Elle est partielle quand il est impossible de répondre par oui, si ou non et que la question incite à la formulation d’une réponse plus ou moins développée. Cette leçon de français composée par Bienécrire vous parle de la phrase interrogative et des différentes façons de la formuler.

Les différents types d’interrogation : totale, partielle, indirecte

1. L’interrogation totale 2. L’interrogation partielle 3. L’interrogation indirecte

1. L’interrogation totale

L’interrogation est dite totale lorsqu’elle porte sur toute la phrase, lorsqu’on peut répondre à la question posée par « oui », « si » ou « non ».

Exemple :  Avez-vous regardé le film d’épouvante d’hier soir ? ➢ Oui/non  N’as-tu pas honte de traiter tes parents ainsi ? ➢ Si/non  Le charpentier a-t-il réparé la table à manger ? ➢ Oui/non

2. L’interrogation partielle

L’interrogation est dite partielle quand elle porte sur un élément précis de la phrase. Il n’est pas possible d’y répondre par « oui », « si », « non », il faut au contraire développer sa réponse.

Exemple :  Quand comptez-vous me rendre les raquettes que je vous ai empruntées hier pour ce fameux match ?  Où faut-il que je me rende pour trouver enfin la solution à ce problème qui me ronge l’âme ?  Pourquoi est-il si difficile d’être aimable à l’égard de tout le monde ?  Comment résoudre une équation à deux inconnues ?

3. L’interrogation indirecte

 On la trouve dans une phrase complexe comportant une proposition subordonnée complétive interrogative.  Dans ce type de phrase, la proposition subordonnée complétive interrogative indirecte est introduite par « si » ou par des mots interrogatifs comme « pourquoi », « comment », « où », « quel », « qui », « que »

 La phrase complexe avec interrogation indirecte se reconnaît également par la présence de verbes à caractère interrogatif dans la proposition principale : se demander, ignorer, ne pas savoir, chercher à savoir, souhaiter savoir, vouloir savoir, ne pas comprendre…

Exemples :  Je cherche à savoir comment il a pu survivre à une telle chute.  Nous voulons savoir qui est à l’origine de cet incendie.  Ils ne savent toujours pas si le professeur est venu ou non.  Nous nous demandons quelle est la réponse.

 Une interrogation totale porte sur toute la phrase ; on peut y répondre par « oui », « si », « non ».  L’interrogation partielle concerne un élément de la phrase ; on ne peut pas y répondre par « oui », « si », « non ».  L’interrogation indirecte se trouve dans une subordonnée introduite par « si » ou par des mots interrogatifs comme : « pourquoi », « comment », « où », « qui » … La proposition principale intègre également des verbes interrogatifs comme : se demander, vouloir savoir, ignorer…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *