Figures de style 4- Une autre possibilité de classification

Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux suivants : YouTubescale-to-32x32icons fb tw gp

Classification des figures de style

Les façons de classifier les figures de style varient dans leurs détails, mais
on retrouve souvent les mêmes concepts. Les termes présentés ici sont
donc souvent vus dans les manuels scolaires, les énoncés, etc.

Classification des figures de style

Une figure de style peut jouer sur tout élément constituant un texte :
O La phonétique (les sons)
O La sémantique (le sens des mots)
O La grammaire (les règles d’écriture), dont :
O Les graphèmes (les lettres)
O Le vocabulaire (les mots)
O La syntaxe (l’ordre des mots)
O La forme du texte

Classification des figures de style

Les figures de styles sont parfois regroupées dans quatre grandes familles, en fonction
de la catégorie sur lesquelles elles jouent :
O Les figures de mots ou métaplasmes Phonétique + Grammaire (Lexique : lettres et mots)
O Les figures de sens ou métasémèmes , ou tropes Sémantique : sens figuré au lieu d’un sens propre
O Les figures de construction ou métataxes Grammaire (Syntaxe)
O Les figures de pensée ou métalogismes Sémantique : cohérence logique du propos

Classification des figures de style

Les figures de styles sont parfois regroupées dans quatre grandes familles, en fonction
de la catégorie sur lesquelles elles jouent :
O Les figures de mots ou métaplasmes Phonétique + Grammaire (Lexique : lettres et mots)
O Les figures de sens ou métasémèmes , ou tropes Sémantique : sens figuré au lieu d’un sens propre
O Les figures de construction ou métataxes Grammaire (Syntaxe)
O Les figures de pensée ou métalogismes Sémantique : cohérence logique du propos

Dans cette classification, les figures sont regroupées dans des catégories qui brisent la découpe phonétique/sémantique/grammaire. La forme du texte est, aussi, oubliée.

Les figures de mots

Les figures de mots jouent sur la représentation graphique ou orale des mots. Elles
manipulent donc le signifiant.

Les figures de mots

Les figures de mots jouent sur la représentation graphique ou orale des mots. Elles
manipulent donc le signifiant.
On distingue trois catégories qui jouent sur
O Les figures jouant sur la sonorité La phonétique (les sons)
O La création ou modification de mots Le lexique
O Les jeux de mots La représentation des mots

Les figures de sens

Les figures de sens jouent sur ce que représentent les mots. Elles manipulent donc le
signifié.

Les figures de sens

Les figures de sens jouent sur ce que représentent les mots. Elles manipulent donc le
signifié.

On distingue trois catégories qui jouent sur
O Les figures de contiguïté Un rapprochement d’idées entretenant des liens
O Les figures d’association Un rapprochement d’idées n’entretenant pas de lien
O Les figures de double-sens L’ambiguïté, liée au double-sens des mots

Les figures de construction

Les figures de construction jouent sur la forme, l’agencement du discours.

Les figures de construction

Les figures de construction jouent sur la forme, l’agencement du discours .

On distingue cinq catégories qui jouent sur
O Les figures de symétrie/opposition Une symétrie ou une opposition d’idées ou de mots
O Les figures de répétition Une répétition de mots (identique ou proche)
O Les figures d’accumulation Une répétition d’idées, de concepts
O Les figures de disposition Un agencement syntaxique
O Les figures de déstructuration Une rupture syntaxique

Les figures de pensées

Les figures de pensées jouent sur le sens du discours .

Les figures de pensées

Les figures de pensées jouent sur le sens du discours .

On distingue quatre catégories qui jouent sur
O Les figures d’intensité La force du propos (atténuation ou amplification)
O Les figures visant à rendre vivant Le réalisme de la description
O Les figures d’énonciation La relation entre le locuteur et son propos
O Les figures de dialectique La relation entre le locuteur et son public.

Classification des figures de style

Cette classification, si elle semble simple au premier abord pose le problème d’une
découpe trop rigide.

Classification des figures de style

Cette classification, si elle semble simple au premier abord pose le problème d’une
découpe trop rigide.

Tout d’abord les catégories sont souvent ambigües dans leurs limites.

Classification des figures de style

Cette classification, si elle semble simple au premier abord pose le problème d’une
découpe trop rigide.

Tout d’abord les catégories sont souvent ambigües dans leurs limites.

Le pléonasme est une figure de construction, mais est-il parmi les symétries (comme
l’oxymore) ou parmi les répétitions (comme l’isolexisme) ? Et bien il se situe parmi les
accumulations, tout comme les tautologies…

Classification des figures de style

Cette classification, si elle semble simple au premier abord pose le problème d’une
découpe trop rigide.

Tout d’abord les catégories sont souvent ambigües dans leurs limites.

Ensuite, on oublie les figures qui jouent sur plusieurs aspects simultanément.

Classification des figures de style

Cette classification, si elle semble simple au premier abord pose le problème d’une
découpe trop rigide.

Tout d’abord les catégories sont souvent ambigües dans leurs limites.

Ensuite, on oublie les figures qui jouent sur plusieurs aspects simultanément.

Les contrepèteries jouent, à travers une inversion de lettres (figure de mots), sur un
humour grivois basé, lui, sur un double sens (figure de sens).

Classification des figures de style

Cette classification, si elle semble simple au premier abord pose le problème d’une
découpe trop rigide.

Tout d’abord les catégories sont souvent ambigües dans leurs limites.

Ensuite, on oublie les figures qui jouent sur plusieurs aspects simultanément.

Enfin, elle rend plus difficile les rapprochements entre figures souvent associées.

Classification des figures de style

Cette classification, si elle semble simple au premier abord pose le problème d’une
découpe trop rigide.

Tout d’abord les catégories sont souvent ambigües dans leurs limites.

Ensuite, on oublie les figures qui jouent sur plusieurs aspects simultanément.

Enfin, elle rend plus difficile les rapprochements entre figures souvent associées.

La métaphore est classée comme figure de sens, mais la personnification et l’allégorie
sont classée dans les figures de pensée.

Résumé : Classification des
figures de style

q Les figures de style ne sont pas des opérations simple, elles sont
complexes. Une classification trop figée ne permet pas d’assimiler
qu’une même figure de style peut se retrouver dans plusieurs « cases »
ou qu’elle peut se rapprocher de figures se trouvant dans d’autres
« cases »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *