Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux suivants : YouTubescale-to-32x32icons fb tw gp

Discours allégoriques :
Apologue, Parabole, Fable et
Prosopopée
Discours allégoriques

q Les figures d’analogie portent sur un point précis du propos. Les
discours allégoriques portent sur un passage délimité (parfois son
entièreté) de celui-ci : ce sont aussi des genres littéraires.

Discours allégoriques

Apologues, fables et paraboles sont aussi bien cataloguées parmi les genres littéraires
que comme arguments rhétoriques.
Ce sont des genres littéraires dont la forme est l’utilisation d’une figure de style
rhétorique les identifiant en tant que tels (et qui est leur est propre).

L’apologue

L’apologue est un court récit narratif à but argumentatif, illustrant une idée, dont
on tire une morale ou un enseignement, religieux ou non.
On distingue deux formes principales d’apologues : la fable et la parabole.

La fable

La fable est un apologue généralement versifié (Esope, La Fontaine) mais pouvant
être en prose (Phèdre). Sa morale, même implicite, se veut indiscutable.
Elle met généralement en scène des animaux anthropomorphes.

La parabole

La parabole est un apologue inscrit dans un contexte concret, se voulant universel.
Sa morale reste cependant ouverte à la discussion.
Elle met en scène des être humains.

La parabole

La parabole est un apologue inscrit dans un contexte concret, se voulant universel.
Sa morale reste cependant ouverte à la discussion.
Elle met en scène des être humains.

On parle aussi de parabole biblique lorsque l’on évoque les paraboles tirées de
l’Ancien Testament (rares), mais surtout des Evangiles (beaucoup plus nombreuses).

La prosopopée

La prosopopée est une personnification effectuant un discours (souvent
monologué) et qui peut donc aussi interagir avec le narrateur. Dans l’acception
commune, cette personnification concerne un personnage mort, mais elle peut
s’étendre à tout personnage absent, concept ou idée.

La prosopopée

La prosopopée est une personnification effectuant un discours (souvent
monologué) et qui peut donc aussi interagir avec le narrateur. Dans l’acceptation
commune, cette personnification concerne un personnage mort, mais elle peut
s’étendre à tout personnage absent, concept ou idée.
Certains auteurs restreignent la prosopopée à sa part de personnification. Elle est
alors réduite à son aspect anthropomorphique, oubliant l’aspect discursif de la figure.

La prosopopée

La prosopopée est une personnification effectuant un discours (souvent
monologué) et qui peut donc aussi interagir avec le narrateur. Dans l’acceptation
commune, cette personnification concerne un personnage mort, mais elle peut
s’étendre à tout personnage absent, concept ou idée.
Certains auteurs restreignent la prosopopée à sa part de personnification. Elle est
alors réduite à son aspect anthropomorphique, oubliant l’aspect discursif de la figure.
On trouve parfois le terme sermocination, catégorie de prosopopée, pour le fait de

donner la parole à une personne ou une personnification absente. (« Si elle était là, elle vous dirait que… »)

La prosopopée

Contrairement à l’apologue, l’aspect argumentatif n’est pas obligatoirement présent au
sein de la prosopopée et le discours peut se limiter à un aspect poétique.

La prosopopée

Contrairement à l’apologue, l’aspect argumentatif n’est pas obligatoirement présent au
sein de la prosopopée et le discours peut se limiter à un aspect poétique.

Les devinettes, utilisant même implicitement la question « qui suis-je ? », sont un
genre littéraire adepte de la prosopopée : c’est l’objet de la réponse lui-même qui pose
la question.

Résumé : Discours allégoriques

q Lorsque le narrateur n’est pas celui qui effectue le discours, mais qu’il donne la
parole à quelqu’un (ou quelque chose) qui ne devrait logiquement pas l’avoir dans
ce contexte, alors on est face à une prosopopée ou un apologue.