Corrigé de la dictée, Charles Baudelaire

Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux suivants : YouTubescale-to-32x32icons fb tw gp

faites-une-dictee-sur-un-poeme-de-charles-baudelaire

Questions grammaticales :

1- Pourquoi écrit-on « étonnants » et non « étonnant » ?

« Voyageurs » étant au masculin pluriel, l’adjectif qualificatif « étonnant » s’accorde en genre et en nombre avec ce nom.

2- Pourquoi écrit-on « voyageurs » et non « voyageur » ?

Ici, le nom « voyageur » est au masculin pluriel et prend un « s » final.

3- Pourquoi écrit-on « quelles » et non « qu’elles » ni « quel » ?

« Quelles » est un déterminant exclamatif (ou interrogatif). Ici, « histoires » est au féminin pluriel et ce déterminant exclamatif s’accorde en genre et en nombre avec ce nom qui le suit.

Ici, « Quelles » ne peut pas être remplacé par « qu’ils », donc c’est l’orthographe correcte.

4- Pourquoi écrit-on « nobles » et non « noble » ?

Ici, l’adjectif « noble » s’accorde en genre et en nombre avec le nom « histoires » qui est au féminin pluriel.

5- Pourquoi écrit-on « histoires » et non « histoire » ?

Ici, le nom « histoire » est au féminin pluriel et prend un « s » final.

4- Pourquoi écrit-on « lisons » et non « lison » ?

Au présent de l’indicatif, la terminaison du verbe « lire » à « nous » est « -ons ».

5- Pourquoi écrit-on « dans » et non « den » ni « dent » ?

« Dans » est une « préposition ». A ne pas confondre avec « dent » qui est un nom.

6- Pourquoi écrit-on « yeux » et non « yeu » ?

Le pluriel du mot « œil » est « yeux » ; toujours avec un « x » final.

7- Pourquoi écrit-on « profonds » et non « profond » ?

Ici, l’adjectif qualificatif « profond » s’accorde en genre et en nombre avec le nom « yeux » qui le précède.

8- Pourquoi écrit-on « mers » et non « mer », ni « mère », ni « maire » ?

Ici, « mer » (étendue d’eau salée) est au féminin pluriel et prend un « s » final. A ne pas confondre avec « mère » (maman) ni avec « maire » (chef d’une commune  en France).

9- Pourquoi écrit-on « montrez-nous » et non « montré nous » ni « montrez nous » ?

Le verbe « montrer » à l’impératif présent à « vous » est « montrez ». Ici, ce verbe est rattaché au complément indirect « nous », préposition « à » sous-entendue », donc il y a un tiret entre le verbe et le pronom.

10- Pourquoi écrit-on « riches » et non « riche » ?

Ici, le nom « mémoires » qualifiés par l’adjectif « riche » est au pluriel, donc cet adjectif prend un « s » final.

11- Pourquoi écrit-on « ces » et non « ses » ?

« Ces » est un adjectif démonstratif au pluriel. A ne pas confondre avec « ses » qui est un adjectif possessif au pluriel.

12- Pourquoi écrit-on « bijoux » et non « bijou » ?

Au pluriel, le mot « bijoux » prend toujours un « x » final.

13- Pourquoi écrit-on « merveilleux » et non « merveilleu » ?

L’adjectif qualificatif « merveilleux » prend toujours un « x » à la fin.

14- Pourquoi écrit-on « faits » et non « fait » ni « fais » ?

Ici, le participe passé « fait » a pour sujet « ces bijoux merveilleux » (au masculin pluriel). Conjugué avec l’auxiliaire « être » (sous-entendue), ce participe passé prend un « s » final.

15- Pourquoi écrit-on « voulons » et non « voulon » ?

Au présent de l’indicatif, la terminaison du verbe « vouloir » à « nous » est « -ons ».

16- Pourquoi écrit-on « voyager » et non « voyagé » ?

Quand deux verbes se suivent, le second se met à l’infinitif.

17- Pourquoi écrit-on « sans » et non « sang » ni « sens » ?

« Sans » est une préposition qui marque l’absence.

18- Pourquoi écrit-on « faites » et non « faite » ?

Au présent de l’indicatif comme à l’impératif présent, la forme du verbe « faire » à « vous» est « faites ».

19- Pourquoi écrit-on « égayer » et non « égayé » ?

Tous les verbes se mettent à l’infinitif après la préposition « pour ».

20- Pourquoi écrit-on « prisons » et non « prison » ?

Au pluriel, le mot « prison » prend un « s » final.

21- Pourquoi écrit-on « passer » et non « passé » ?

A l’infinitif, le verbe « passer » se termine par « -er ».

22- Pourquoi écrit-on « esprits » et non « esprit » ?

Au pluriel, le nom « esprit » prend un « s » final.

23- Pourquoi écrit-on « tendus » et non « tendu » ?

Ici, le participe passé « tendu » a pour sujet « esprits » (masculin pluriel). Conjugué avec l’auxiliaire « être » (sous-entendu), ce participe passé prend un « s » final.

24- Pourquoi écrit-on « souvenirs » et non « souvenir » ?

Au pluriel, le nom « souvenir » prend un « s » final.

25- Pourquoi écrit-on « leurs » et non « leur » ?

Le déterminant possessif « leur » s’accorde en nombre avec « cadres ».

26- Pourquoi écrit-on « dites » et non « dite » ?

A l’impératif présent, le verbe « dire » à « vous » est « dites ».

27- Pourquoi écrit-on « qu’avez-vous vu ?» et non « qu’avé-vous vu ? » ?

« Qu’avez-vous vu ? » est la contraction de « vous avez vu quoi ? »

28- Pourquoi écrit-on « avez-vous » et non « avé-vous » ?

Au présent de l’indicatif, l’auxiliaire « avoir » à « vous » est « avez ».

29- Pourquoi écrit-on « avez-vous » et non « avez vous » ?

Ici, il y a inversion de sujet. Voilà pourquoi il y a un tiret entre « avez » et « vous ».

30- Pourquoi écrit-on « vu » et non « vus ».

Quand le verbe « voir » est conjugué avec l’auxiliaire « avoir », il ne s’accorde pas avec le sujet.

31- Pourquoi écrit-on « avons » et non « avons » ?

Au passé composé de l’indicatif, la forme de l’auxiliaire « avoir » à « nous » est « avons ».

32- Pourquoi écrit-on « flots » et non « flot » ?

Au pluriel, le nom « flot » prend un « s » final. Ce mot s’emploie généralement au pluriel.

33- Pourquoi écrit-on « et » et non « est ».

Et : conjonction de coordination.

Est : verbe « être » au présent de l’indicatif à « il ».

34- Pourquoi écrit-on « malgré » et non « malgrés » ?

« Malgré » est une préposition invariable.

35- Pourquoi écrit-on « bien de » et non «biens de » ?

« Bien de » est une locution adverbiale invariable.

36- Pourquoi écrit-on « chocs » et non « chocs » ?

Au pluriel, le nom « choc » prend un « s » final.

37- Pourquoi écrit-on « imprévus » et non « imprévu » ?

L’adjectif qualificatif « imprévu » s’accorde en genre et en nombre avec le nom « désastres » (masculin pluriel) d’où le « s » final.

38- Pourquoi écrit-on « désastres » et non « désastre » ?

Au pluriel, le mot « désastre » prend un « s » final.

39- Pourquoi écrit-on « sommes » et non « somme » ?

Au présent de l’indicatif, le verbe pronominal « s’être » à « nous » est : « nous nous sommes ».

40- Pourquoi écrit-on « souvent » et non « souvant » ?

« Souvent » est un adverbe.

41- Pourquoi écrit-on « ennuyés » et non « ennuyé » ?

Au passé composé, le verbe « s’ennuyer » se conjugue avec l’auxiliaire « être » d’où l’accord en genre et en nombre du participe passé avec le sujet « nous ».

 

Lexique (fautes lexicales) :

1- « Étonnant » (deux « n ») ; exemple : Ce garçon est étonnant.

2- « Voyageur » (avec un « y ») ; exemple : Arnold est un voyageur invétéré.

3- « Profond » (avec un « d ») ; exemple : Ce trou est profond.

4- « Écrin » (avec un « é ») = coffret à bijoux ; exemple : Quel magnifique écrin !

5- Éther (avec un « th »)= en physique, substance transmettant des effets entre des corps » ; exemple : L’éther permet la transmission de la lumière.

6- Voyager (avec un « y ») ; exemple : Elle aime voyager.

7- égayer (avec un « y ») ; exemple : j’ai préparé ce déjeuner succulent pour égayer vos papilles.

8- Ennui (avec deux « n ») = problème, souci, lassitude ; exemple : L’ennui, c’est que ton oncle ne m’apprécie pas beaucoup.

9- Horizon (avec un « h ») = en astronomie, c’est la limite de ce que nous pouvons voir selon notre position ; exemple : je vois le bateau disparaître à l’horizon.

10- Choc (avec un « c ») ; exemple : Le chauffeur est mort sur le coup car le choc a été violent.

11- désastre (avec un « é ») = cataclysme, catastrophe, malheur, échec, ruine, destruction ; exemple : Cyclone rime toujours avec désastre et chaos.

Une pensée sur “Corrigé de la dictée, Charles Baudelaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *